Maurice Scève est né à Lyon, probablement entre 1500 et 1505,on pense qu'il est docteur en droit.

Vers 1530, il est en Avignon attaché au vicaire de l'Archevêque.

En 1533, participant aux recherches du tombeau de Laure, la dame que Pétrarque avait aimée et chantée, il découvre un sonnet qu'il attribue à Pétrarque. Ceci lui vaut la célébrité.

De retour à Lyon, Scève fréquente les cercles cultivés.

En 1535, Scève fait la connaissance d'Étienne Dolet qui va lui imprimer son premier ouvrage, La Déplorable Fin de Flamete.

En 1536, Marot lance un concours . Scève participe à ce concours. Il compose alors cinq blasons (Le Sourcil, La Larme, Le Front, La Gorge, Le Soupir). Il remporte la palme décernée par la Duchesse de Ferrare, Renée de France, pour son Blason du Sourcil.
La même année il participe au tombeau bilingue du Dauphin de France, fils de François Ier, avec une Églogue sur le trespas de Monseigneur le Dauphin qui s'intitule Arion.

En 1544, la parution de Délie, objet de plus haute vertu consacre sa célébrité ; ce poème, inspiré de la manière de Pétrarque, est dédié à Pernette du Guillet, sa jeune élève dont il s'éprit d'un amour impossible.
La Délie est le premier cycle amoureux de la Renaissance française.

Importante figure culturelle lyonnaise, partageant les charges officielles de la ville, Maurice Scève va organiser les fêtes données en 1539 et 1540 lors du passage de François Ier à Lyon.

Désormais il est considéré comme le maître des poètes lyonnais.

À la mort de Pernette du Guillet, en 1545, Scève lui rend un dernier hommage en faisant publier, avec une épitaphe de sa main, Les Rymes de gentile et vertueuse dame Pernette Du Guillet.

Il compose, en 1547, la Saulsaye, genre pastoral.

En 1555, il participe aux côtés d'Olivier de Magny et de Jean-Antoine de Baïf, à un recueil d'hommage collectif à Louise Labé, Escriz de divers poètes a la louenge de Louize Labé, Lionnoize.

Il écrit un dernier texte, Microcosme, paru à Lyon en 1562.

Cette biographie simplifiée de Maurice Scève est reproduite avec l'aimable autorisation du site :

Poésie sur la toile