Jean-Baptiste Say naît le 5 janvier 1767, d'une famille de protestants. C'est à l'âge de 13 ans qu'il rédige son premier écrit "Le tabac narcotique", petite pièce de théâtre qui relate un fait divers de l'époque. En 1785, Jean-Baptiste Say se rend en Angleterre à Croydon près de Londres, ville dont il réalise le premier plan. En 1789, il s'engage dans la section armée de Molière et la Fontaine. Il écrit une courte pièce de théâtre "La tante et le prétendu", puis une brochure intitulée "De la liberté de la presse". Il devient employé administratif du "Courrier de Provence" de Mirabeau en 1790 et écrit "Le curé amoureux", pièce qui sera jouée. En 1792, il se porte volontaire dans la Compagnie des Arts et fait la campagne de Champagne contre l'invasion. Il se marie le 25 mai 1793 avec Julie Gourdel-Deloches, catholique, fille d'un ancien avocat aux Conseils du roi. En 1794, il écrit un abrégé de la vie de Franklin, dans lequel il défend une conception philosophique de l'utilitarisme modéré liée à celle des moralistes comme Chamfort ou Voltaire. L'année 1794 marque également la fondation d'un grand journal "La Décade philosophique, littéraire et politique"dont il deviendra le rédacteur général et dirigera, en parallèle, une imprimerie. En 1803, il présente plusieurs rapports dont celui sur la réforme monétaire du Franc germinal. En 1804, il est évincé du Tribunat pour avoir refusé de soutenir la politique fiscale de Bonaparte et n'acceptera aucun compromis. Sa vie marque alors un nouveau tournant.

En 1825, il fonde le conseil supérieur de perfectionnement de l'école spéciale de commerce. Il s'investit alors dans des organismes d'enseignement entre 1814 et 1832, tout en publiant beaucoup dans la presse et dans la "Revue encyclopédique". Au Conservatoire des Arts et Métiers, il devient un personnage institutionnel, titulaire de la chaire d'économie industrielle. En 1830, il crée la chaire d'économie au Collège de France. Entre temps, il donne des cours au futur roi du Danemark, Christian VIII, dîne avec Louis Philippe, est reçu dans différentes académies. Toutefois, il conserve ce lien avec le courant libéral et marque son opposition à la monarchie, au jacobinisme et au bonapartisme. Il meurt le 16 novembre 1832. Jean-Baptiste Say, un des plus grands économistes français du début du 19ème siècle, a déployé durant toute son existence une activité intense dans de multiples domaines : enseignant à l'Athénée puis au Collège de France, journaliste, entrepreneur dans l'industrie de coton et émissaire du gouvernement (1814). Pour Say, l'économie politique est un savoir pratique qui doit être largement diffusé dans le corps social. Sa théorie se veut claire et accessible à tous.

 

Institut des Sciences de l'Homme - 14, avenue Berthelot 69363 LYON cedex 07